Depuis 1975, tout une histoire…

Mars 1975...

Soeur Andrée est une femme, flamande à la poigne de fer dans des mains chaudes et douces comme de la glaise sous le soleil d'été...

Elle est religieuse, directrice de l'Institut Saint-Anne à Florenville et capable de recueillir, écouter, accompagner les plus folles des adolescentes s'éveillant dans les rêves de 68... Elle a le bon sens flamand qui lui colle aux sabots qu'elle met quand elle retourne la terre... Pardon... Quand elle rend grâce à la terre...

Elle rêve de Steïner, d'anthroposophie, d'espéranto, des communautés de base de Lanza Del Vasto ou de Jean Vanier...

Le Christ, elle n'en rêve pas... Elle le vit... A l'intérieur... En silence...

Elle rêve pour son école d'un lieu de classes vertes, en absolue simplicité... Pour être au contact de l'Essentiel...

Sa communauté, les Soeurs de Peltre près de Metz, entendent son rêve et offrent au Centre de Partage, une association laïque créée à cette occasion, de quoi acheter une grande ferme...  Nous les sentons encore aujourd'hui au plus proche de nous... Sans elles, tout ceci n'aurait pas été possible...

Et voici que débute la vie communautaire... Avec d'abord les "Compagnons du Tour de France" qui transforment les lieux... Puis Jaku qui pendant deux ans occupe la communauté avec ses enfants... Elle trouvera vite une petite maison tout proche, vivra du tissage de la laine et restera intimement liée à la vie de la maison, de son potager...

Andrée accueillera chaque jour à sa table le pèlerin de passage... Certains resteront quelques heures, d'autres quelques semaines...  Elle cuisine, travaille son potager, écoute, console; son cœur et ses mains sont pour les plus démunis... Sa tête et son âme vont à une spiritualité ouverte, libérée des dogmes, universelle, empreinte de l'humanité du Christ... Un plat caché au-dessus de l'armoire accueille les rares contributions matérielles des pèlerins... Les 600 Franchimontois, comme elle dit (sa Congrégation) sont là, discrets, pour la soutenir dans le besoin...

Elle attire autour d'elle les bonnes volontés, souvent juste pour partager le pain et le vin lors d'une Assemblé Générale, car c'est une solitaire et le travail d'équipe n'est pas son fort... Marie, Etienne, Dora et tant d'autres la soutiennent de leur mieux... On parle Nouvel-Age, Esséniens, ...

En mars 1994, une équipe se crée autour d'elle pour sa seconder, mais très vite, elle répond à l'appel des enfants de la rue au Brésil et y part pendant deux ans, après avoir appris le Portugais... Elle décédera en 2001 parmi ses sœurs à Peltre...

La Maison de Partage s'ouvre sur une nouvelle page d'histoire... C'est tout une équipe qui prend le relais... Marie, Anne, Pierre, Jean-Claude, Nicole, Nanou, Jaku, Françoise puis tant d'autres après, qui vont se mesurer à cette tâche immense de faire vivre ensemble un lieu d'accueil et de convivialité ouvert aux plus démunis... Autour de la table du petit déjeuner, parfois serrés à dix ou plus, on lit Marie Gevers, on parle de zen et d'aïkido... C'est l'époque de l'Equipe Communauté et de l'Equipe d'Accompagnement, chère au cœur d'Anne Roba, qui se veut plus particulièrement attentive aux démarches des résidents en difficulté. Joies et souffrances, réussites et échecs sont le quotidien de toute vie au plus proche des fragilités de chacun... 

En 2007, l'association vit un nouveau tournant avec le retrait de Anne et Jean-Claude... A l'équipe d'accompagnement succède le temps des "piliers"  Lidwien, Nanou et Pierre soutenus par de nombreux autres "poteaux" et résidents bienveillants. L'équipe souhaite toujours plus d'horizontalité et de co-responsabilité dans la gestion de la maison et de soutien mutuel entre tous, poteaux ou résidents. Les "piliers" à leur tour revendiqueront vite le droit d'être simples poteaux, voire simples résidents pour se fondre dans le groupe et porter ou se laisser porter... Accueillants et accueillis tendent à se confondre... Ne sommes-nous pas tour-à-tour l'un puis l'autre?

2015... L'équipe s'ouvre au wwoofing... L'écologie a toujours été un axe de vie du lieu... Elle y trouve là une forme concrète qui rajeunit les cadres et vivifie la communauté... La vie évolue... la forme change... l'âme reste... Que demander de plus???

Pierre